Rutile - Encyclopédie

Vésuvianite d'Italie

    Classe : Oxydes et hydroxydes
    Sous-classe : Oxydes
    Système cristallin : Quadratique
    Chimie : TiO2
    Abondance : Très fréquent


Le rutile est le plus commun des minéraux de titane et la forme la plus stable de TiO2. C'est le polymorphe quadratique de l'anatase et de la brookite, qui peut contenir des quantités importantes de niobium, de tantale et de fer. Il doit son nom au latin rutilus (rougeâtre) en allusion à sa couleur la plus commune. Il se forme à haute température dans des roches variées. Il est fréquent en longs cristaux cannelés dans certaines roches métamorphiques (quartzites, cipolins, gneiss amphibolitiques, amphibolites et pegmatites). Le rutile est aussi un minéral accessoire fréquent, souvent microscopique, des granitoïdes, des roches alcalines et des roches basiques à biotites et pyroxène. Il se rencontre en cristaux trapus parfois énormes (plus de 10 cm) dans les pegmatites, les skarns et les filons pneumatolytiques à apatite. Les fentes alpines ont également fourni de beaux spécimens minéralogiques. De couleur brun-rougeâtre à rouge (cristaux fins), parfois jaune à roux (cristaux aciculaires), il forme fréquemment des cristaux, trapus à allongés et aciculaires selon [001] aux faces du prisme striées. C'est un minéral inaltérable qui peut se concentrer dans les alluvions et former de véritables placers, l'une des principales source de titane. Les cristaux de rutile sont parfois des pierres fines appréciées, de même que les cheveux de Vénus, quartz transparents montrant des inclusions de fines aiguilles de rutile dorées. Le titane est très demandé en aéronautique comme métal pur et en alliages grâce à son excellent rapport résistance / poids et à sa forte résistance à la corrosion ; il entre dans la composition de la carlingue de la plupart des avions et véhicules spatiaux. Une autre partie du titane prend le chemin des industries chimiques où il est transformé en oxyde de titane, un pigment blanc qui se substitue aujourd'hui aux peintures au plomb.

Rutile de McGregor Lake, Val des Monts, Canada
Rutile de Manandona, Antsirabe, Madagascar
Rutile en épitaxie sur ilménite de Novo Horizonte, Bahia, Brésil
Rutile dans quartz de Minas Gerais, Brésil

Le rutile dans le Monde

De très nombreuses localités ayant fourni de superbes cristaux de rutile sont connues à travers le monde entier. Les plus grands cristaux (jusqu'à 40 cm), très brillants de couleur presque noire, associés à la lazulite et au disthène dans une quartzite proviennent de Graves Mountains (Géorgie, USA). D'extraordinaires cristaux maclés dépassant les 10 cm proviennent de Cerrado Frio (Minas Gerais, Brésil) et de Conquista (Bahia, Brésil) et de Conquista (Bahia, Brésil). De superbes cristaux de plus petites tailles (3 cm) sont connus dans les quartzites de la Champion Mine (Californie) et dans les pegmatites de Kragerö (Norvège). Les fentes alpines suisses et italiennes livrent régulièrement des cristaux centimétriques brillants aux formes parfaites, parfois en épitaxie sur l'hématite comme à Cavradi (Suisse).

Le rutile en France

En France, de bons cristaux de rutile proviennent de l'Île de Groix (Morbihan), de Concarneau (Finistère) et de St-Yrieix (Haute-Vienne) ; tous sont en environnement métamorphique de gneiss ou de micashistes.

Les macles et cristallisations spéciales

Le rutile est très souvent maclé (macles cycliques comme sur la photo de droite ou en V).

Il se rencontre aussi en association épitaxique avec l'hématite (variété riche en titane : ilménite) pour former parfois de superbes étoiles à 6 branches jusqu'à 10 cm.

Les faux et arnaques

Pas de faux recensé pour cette espèce minérale.



Dureté : 6 à 6,5
Densité : 4,24
Cassure : Irrégulière à sub-conchoïdale
Trace : Gris, marron, jaune




TP : Opaque à transparent
IR : 2,605 à 2,901
Biréfringence : 0,294
Caractère optique : Uniaxe +
Pléochroïsme : Fort
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Insoluble

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune