Pectolite - Encyclopédie

    Classe : Silicates
    Sous-classe : Inosilicates
    Système cristallin : Triclinique
    Chimie : NaCa2Si3O8(OH)
    Abondance : Peu fréquent

La pectolite forme une série isomorphe avec la sérandite, son équivalent manganifère, les termes intermédiaires étant appelés schizolite. Elle doit son nom au grec pêktos (compact) et lithos (la pierre) en allusion à sa structure. C'est un minéral tardif des syénites néphéliniques, également fréquente dans les cavités des basaltes et des dolérites où il accompagne les zéolites. La pectolite est par ailleurs connue dans les serpentinites et les péridotites des complexes ophiolitiques ; elle est fréquemment associée à la préhnite, la datolite et différentes zéolites. La pectolite se présente communément en cristaux aciculaires (jusqu'à 15 cm), rarement terminés et regroupés en faisceaux radiés ou en oursins fibraradiés. Les grands cristaux prismatiques sont beaucoup plus rares. Son éclat est nacré à vitreux, elle est le plus souvent incolore à blanche, parfois grise, verdâtre ou jaunâtre, elle est appelée larimar lorsqu'elle est bleue et massive. Cette dernière variété bleue est très appréciée en joaillerie et est exclusivement extraite de République Dominicaine. Enfin, la pectolite blanche compacte a été utilisée comme matériaux pour la fabrication d'armes de guerre par les indiens Thlinkit d'Alaska.

Oeuf en larimar de République Dominicaine
Larimar de 28,85 ct de République Dominicaine
Larimar de 18,00 ct de République Dominicaine
Larimar de 20,06 ct de République Dominicaine

La pectolite dans le Monde

Les meilleurs cristaux de pectolite proviennent du Québec : de la mine de Jeffrey près d'Abestos où de magnifiques cristaux tabulaires à aciculaires de 2 cm sont fréquemment groupés en "noeud papillon" (photo principale). Le Mont St-Hilaire a aussi produit des cristaux exceptionnels atteignant parfois les 15 cm ! La carrière Paterson (New Jersey) est célèbre pour ses agrégats sphériques à texture fibro-radiée atteignant les 8 cm de diamètre avec calcite et préhnite. De belles masse radiées ont été extraites des basaltes à zéolites d'Ecosse (Lendalfoot, Ratho, Île de Skye). Enfin, la variété bleue appelée Larimar ne se rencontre qu'exclusivement qu'en République Dominicaine dans la Province de Barahona où des masses de plusieurs kilos ont pu être extraites dans des roches volcaniques altérées.

La pectolite en France

En France, la pectolite est signalée en micro-cristaux à la carrière de Trapp près de Raon-l'Etape dans les Vosges ainsi qu'à St-Nabor dans le Bas-Rhin.

Faux et arnaques

Faux larimar
Il existe actuellement sur le marché une imitation du larimar qui est souvent appelée "larimar synthétique" ou "larimar chinois" mais qui peut aussi être vendue comme naturelle. Cette pierre bleue est en réalité une résine totalement fabriquée que l'on retrouve essentiellement sur les marchés indiens et chinois, et qui présente des patchs grossiers de différentes nuances de bleus (photo de gauche).



Dureté : 4,5 à 5
Densité : 2,84 à 2,9
Cassure : Irrégulière

Trace : Blanche



TP : Opaque à transparent
IR : 1,594 à 1,642
Biréfringence : 0,037
Caractère optique : Biaxe +
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Parfois jaune-orange


Solubilité : Acide chlorhydrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune