Bournonite - Encyclopédie

Vésuvianite d'Italie

    Classe : Sulfures et sulfosels
    Sous-classe : Sulfosels
    Système cristallin : Orthorhombique
    Chimie : PbCuSbS3
    Abondance : Assez fréquent


La bournonite est un sulfo-antimoniure assez fréquent des filons hydrothermaux de moyenne et basse température. Elle accompagne fréquemment la galène, pyrite, sphalérite, tétraédrite, chalcopyrite, fluorite et baryte. Elle doit son nom au cristallographe français, le Comte Jacques Louis de Bournon qui a décrit le minéral. Elle se présente en cristaux pseudoquadratiques aplatis, souvent implantés sur la tranche avec des faces du prismes striées, en cristaux prismatiques courts à tabulaires à faces cannelés atteignant les 11 cm, ou en masses compactes parfois grenues. La bournonite est surtout célèbre pour ses macles cruciformes caractéristiques "en roues dentées" ou en "pignon d'engrenage". Elle possède un éclat métallique souvent vif et une couleur gris acier tendant vers le noir. Très altérable à l'affleurement, elle donne fréquemment naissance à un cortège d'oxydes diversement colorés de cuivre, plomb et antimoine. La bournonite a occasionnellement servi de minerai de cuivre, de plomb et parfois d'antimoine, elle n'est plus exploitée aujourd'hui en tant que telle mais ses cristaux restent appréciés des collectionneurs.

Bournonite de Loiras, Hérault, France
Bournonite maclée de Quiruvilca Mine, Pérou
Bournonite sur quartz de Pachapaqui District, Pérou
Bournonite des Malines, Gard, France

La bournonite dans le Monde

Des cristaux exceptionnels viennent des Cornouailles Anglaises (cristaux maclés de 15 cm) et du Harz en Allemagne (cristaux tabulaire de 15 cm sur sidérite). De superbes cristaux centimétriques ont également été extraits des mines boliviennes (Vibora : cristaux de 15 cm) et péruviennes (Oraya : cristaux de 4 cm).

La bournonite en France

En France, d'intéressants groupes de cristaux ont été trouvés à Pontgibaud (Puy-de-Dôme : cristaux tabulaires de 3 cm), à la mine de fluorine du Barlet (Langeac, Haute-Loire), à la mine des Malines (Gard : cristaux de 6 cm), mais surtout à la mine de Prunières (La Mure, Isère) qui a fourni les plus beaux spécimens : des cristaux tabulaires de 5 cm implantés sur sidérite et tétraédrite. La carrière de Loiras (Hérault) a quand à elle fourni des cristaux jusqu'à 2 cm sur dolomite blanche.

Les macles

Très commune sur {110} cette macle ce répète pour former des cristaux à faciès cruciformes appelés "en roues dentées".

Les faux et arnaques

Certains cristaux, en provenance des Malines (Gard) notamment, on pu être brossé au Dremel afin d'en améliorer la qualité de surface



Dureté : 2,5 à 3
Densité : 5,83
Cassure : Irrégulière à sub-conchoïdale
Trace : Grise




TP : Opaque
IR : Non mesurable
Biréfringence : Non mesurable
Caractère optique : Aucun
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Acide nitrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune